#Nécro-droit

#Nécro-droit

#Necroderecho

  • Auteur: José Ramón Narváez Hernández

  • Prologue: Andrés Botero et Gilberto López y Rivas

  • Prix: 13 €

  • Pages: 116

  • Langue: Español

  • Format et couverture: Relié, souple

  • ISBN: 978-607-97694-1-3

  • Parution: 2017

  • Lieu: México

 

Table des matières

Gilberto López y Rivas

Andrés Botero

Introducción (PDF ESP)

§ I. ¿Para quién es este libro?

§ II. La hipótesis del Necroderecho (PDF ESP)

§ III. La normalización del mal

§ IV. La cuestión del nacimiento del Estado moderno y el origen del Necroderecho (PDF ESP)

§ V. El Inquisidor y la Soberanía: Jean Bodin y el origen del Estado Moderno necrótico

§ VI. La muerte tiene permiso

§ VII. El Necroderecho a través del arte

§ VIII. El Necroderecho como incultura

§ IX. Cine, derechos humanos y Necroderecho (PDF ESP)

§ X. La trata de personas y la migración: fenómenos del Necroderecho

§ XI. La violencia epistémica occidental y el Necroderecho

§ XII. Poder y derecho: Vis ac iniqua potestas

§ XIII. La falacia racionalista como pantalla del Necroderecho

§ XIV. Lo que los jueces callan: argumentación necrojurídica

§ XV. Un caso célebre de Necroderecho: El Caso Radilla

§ XVI. ¿Qué hacer frente al Necroderecho? El vitalismo jurídico

§ XVII. La memoria y la verdad como contrapesos del Necroderecho

§ XVIII. Una propuesta metodológica para atender la memoria y garantizar su ejercicio como derecho

§ XIX. Descomplicidad: Una ético-hermenéutica de emergencia

§ XX. Del derecho a la paz al derecho pacificador

§ XXI. Aquí muere este libro

 

Résumé

Le Nécro-droit est une idée qui peut servir de clé de lecture d’une réalité sociale où le juridique joue un rôle décisif entre la vie et la mort. La production, l’exercice et l’application de la loi ne pourront plus être vus, dans son ensemble, comme des activités purement techniques, mais comme des activités qui ont un impact très important sur la vie et la mort des destinataires de chaque système juridique. Le livre présente une proposition théorique et critique à partir de la prémisse de la mort. Parce que le droit peut aussi servir à légitimer des actions qui mettent fin à la vie d’autrui. Quels solutions avons nous pour l'éviter ? La première partie de la réponse qui peut être donnée à cette interrogation consiste à rendre explicite cette fonction mortifère du système, acte suivi, que chaque opérateur du système soit responsable de ses propres actes, un changement d’attitude qui suppose une transformation profonde de la culture juridique jusqu’alors chauvine et irresponsable socialement parlant. Nous sommes dans une conjoncture générationnelle où  la violence et la peur font partie de la construction de nos sociétés. Toutefois, changer le droit pour en faire un outil nous permettant de vivre comme des êtres humains est entre nos mains.

video Block
Double-click here to add a video by URL or embed code. Learn more
video Block
Double-click here to add a video by URL or embed code. Learn more
video Block
Double-click here to add a video by URL or embed code. Learn more
video Block
Double-click here to add a video by URL or embed code. Learn more
video Block
Double-click here to add a video by URL or embed code. Learn more
video Block
Double-click here to add a video by URL or embed code. Learn more